jeudi 8 avril 2010

Mesure pour mesure



Jamais sans doute ces questions n'ont-elles été davantage d'actualité : comment se situer dans l'histoire du cinéma ? Où en sommes-nous ? Comment juger le cinéma d'aujourd'hui ? Faut-il lui préférer le cinéma classique (forcément hollywoodien) ?
La première réponse qui vient à l'esprit est : je n'en sais rien, et pour quoi faire d'abord ? Mais quand même, bougeons-nous un peu le postérieur.


Je connais gens de toutes sortes, ils n'égalent pas leur destin. Je connais des critiques qui pensent que la 3D est au pire une régression, au mieux sans intérêt. Que le cinéma d'aujourd'hui n'est qu'un bégaiement, une redite sans gain qualitatif de forme inventées par le passé, qu'elles soient classiques, modernes, post-modernes, post-post-modernes, a-modernes, etc.


J'en connais d'autres qui pensent que ce n'est pas de leur faute s'ils sont de notre époque, qu'ils sont bien obligés de s'intéresser à ce que font les artistes d'aujourd'hui, car c'est l'art de leur temps, et qu'il ne peut être que passionnant pour cette seule raison. Que rien n'est jamais identique.


J'aurais tendance, par caractère plus que par conviction, à être partagé entre ces deux tendances que j'ai volontiers caricaturées.


On ne peut pas passer sa vie à regretter le passé, sous prétexte qu'on ne l'a pas connu.


On ne peut pas passer sa vie à s'exalter devant tout ce qui vient de naître sous le seul prétexte que cet instant présent est forcément singulier et inédit.


Il n'y a pas de progrès dans l'art, il y a autre chose, des décalages, des décalques, des allers et retours entre le passé et le présent.


Enfin, on ne peut pas passer son temps à croire que : "Jamais sans doute ces questions n'ont-elles été davantage d'actualité".

3 commentaires:

eva truffaut a dit…

évidence biblique
;-D

Jean-Baptiste Morain a dit…

Oui, désolé, j'enfonce des portes ouvertes, mais je me suis rendu compte que ce n'étais pas aussi évident pour tout le monde. Et ce n'est pas une histoire d'âge. ;)

Jean-Baptiste Morain a dit…

était, mince.