lundi 21 juin 2010

Les supposés reflets

Il y a un truc que les journalistes aiment beaucoup : le coup du "reflet de la société". Le symptôme qui trahit le syndrome.

Dernière manifestation : un joueur de foot célèbre dit des gros mots à destination de son entraîneur (c'est mal), on l'expulse de son équipe (sanction), ses copains ne sont pas contents et font grève : c'est le "reflet de la société", et l'illustration des "dérives du foot business", la preuve que les footballeurs professionnels de haut niveau sont devenus des enfants-rois qui estiment que tout leur est dû, qu'il ont le droit de faire la loi.

Mais s'ils jouaient mieux, s'ils avaient gagné des matchs haut le pied, personne ne le leur reprocherait. Tout déraille quand les résultats ne sont pas là. Ont-ils vraiment changé, les footballeurs français, depuis 1998, l'année où ils ont remporté la coupe du monde ?

On ne reproche aux footballeurs leur attitude que lorsqu'ils perdent (malheur au vaincus). Le reste du temps, ce "reflet de la société" ne dérange presque personne.

Pourquoi ?

Notre société est prête à accepter tous les abus, tous les caprices, toutes les tricheries pourvu qu'en échange, les salariés soient efficaces, rentables, à la mesure de ce pourquoi on les paie (remember Kerviel).


Ce qu'on leur reproche en réalité, ce n'est pas de se comporter comme des malotrus ou des voyous, mais de ne pas mériter leur salaire, leurs privilèges, leur réputation.

Comme tout bon entrepreneur d'aujourd'hui, nous voulons les virer parce qu'ils ne se montrent pas à la hauteur et parce qu'ils font tache.

Alors, comme tout bon entrepreneur, on les accuse de la rage.

C'est en cela que cette affaire est le "reflet de notre société".

Pardon.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Ils ont quand même changé, les footballeurs, en quelques années.

En 98, il y avait des joueurs dont le sens tactique transcendait la valeur technique (Deschamps), des joueurs qui avaient un vrai sens de l'humour (Barthez) et même des joueurs qui avaient une conscience politique (Thuram). Ça fait une différence, quand même.

Anonyme a dit…

J'ai l'impression que vous vous masturbez très fort en en mettant plein les murs ici

Jean-Baptiste Morain a dit…

Voilà.